S6 : Se fixer des objectifs pour la nouvelle année ?

Se fixer des objectifs est un bon moyen d'être déçu. Soit on savoure la réussite pendant quelques secondes, soit on accuse un échec pendant plusieurs jours. Le voyage compte plus que la destination.

S6 : Se fixer des objectifs pour la nouvelle année ?
Un palmier à Barcelone

Si vous tombez sur cette page par hasard, bienvenue sur les coulisses du mémo.
Un blog dans lequel je partage l’avancée de mes aventures entrepreneuriales.
(Leçons, réflexions, succès, astuces).

Pour vous abonner, rien de plus simple :


Nous sommes le premier janvier quand j’écris ces quelques lignes.

Je suis dans le train direction Marseille après avoir passé quelques jours à Toulouse chez un ami.

Le train c’est vraiment le meilleur “bureau” qui puisse exister.

  • Difficile de passer des coups des appels
  • Impossible de faire des visios
  • Compliqué de scroller à l’infini sur un réseau social quelconque

Du coup on peut travailler plusieurs heures d’affilée sur un sujet, sans être interrompu.
Je n’échangerais mon voyage en train de 4h, contre aucun trajet en avion ou voiture plus rapide.

Dans un train on travaille, dans une voiture on conduit.

Est-ce que cette intro est trop longue ? Peut-être
Est-ce que ça n’intéresse que moi ? Sûrement

Mais en même temps c’est un peu le principe du journal de bord dans lequel je me suis lancé avec cette section “coulisses”.

Passons à la réflexion de la semaine.

Faut-il se fixer des objectifs pour la nouvelle année ?

En réalité le titre est volontairement provocateur.
Car ma réflexion ne porte pas réellement sur le fait qu’il faille ou non se fixer des objectifs.
Mais plutôt sur le fait de faire reposer l’intégralité de sa motivation dessus, pour avancer au quotidien.

Il y a une phrase qui dit :

Peu importe la destination c’est le voyage qui compte

On connaît tous cette phrase (?) et on connaît à peu près tous le sens de cette dernière.

Mais je trouve qu’elle a énormément de sens et qu’on passe souvent à côté de la force qu’elle peut avoir.
Que ça soit dans vie personnelle, comme dans la vie professionnelle.

Bien sûr dans mon cas cette semaine, il s’agit d’une image.
Je ne compte pas voyager, même si j’aimerais bien.

Mais je compare la destination avec les objectifs qu’on se fixe et le voyage avec le quotidien de nos journées.

Si on mise tout sur l’objectif pour avancer, on se trompe de carburant et ce pour deux raisons :

  • Lorsque l’objectif est atteint, le moment de joie est souvent beaucoup trop court et il laisse rapidement la place à un vide abyssal “Et maintenant on fait quoi”.
    Ça pourra au mieux nous motiver à nous fixer un nouvel objectif pour continuer d’avancer et au pire nous mettre un coup au moral qui aura pour effet de nous paralyser plusieurs jours avant de nous remobiliser.
  • Si par malheur l’objectif n’est pas atteint, alors je ne vous fais pas de dessins, mais on aura de cesse de se blâmer et de se demander ce qu’il s’est passé.

Dans les deux cas ça n’aura pas forcément un effet positif sur notre motivation.

Au contraire, si on se satisfait plutôt de chaque journée qui passe comme source de motivation principale.
Alors ça sera bien plus facile de continuer après l’échec ou l’atteinte d’un objectif.
Car ce qui nous motivera chaque jour sera le quotidien et l’objectif sera “seulement” un bonus.

Donc je ne dis pas qu’il ne faut pas se fixer d’objectifs, mais il ne faut pas que ça soit l’unique source de sa motivation.

Prenons un exemple

Si je me fixe l’objectif d’atteindre 5000 abonnés sur YouTube à la fin du premier trimestre.

J’ai deux façons de faire :

  • Faire des vidéos qui ne me plaisent pas, mais pour lesquels je sais qu’elles marcheront très bien, au point de me faire atteindre l’objectif rapidement.
  • Faire des vidéos qui me plaisent, même si je sais potentiellement que je mettrais plus de temps à atteindre les 5000 abonnés.

Même s’il faut parfois faire des efforts qui nous sortent de notre zone de confort, je préfère nettement prendre du plaisir au quotidien.

Je me dis même que si le plaisir est ma source de motivation première, les objectifs positifs devraient naturellement en découler.

Ça reste à prouver, mais j’ai toujours fonctionné comme ça et je n’ai jamais été déçu.

Mes objectifs pour 2024

Donc je me fixe quand même des objectifs et je vous invite d’ailleurs à faire de même, car c’est important pour se fixer un cap.
Mails il ne faut pas oublier pas que ça ne doit pas être le seul “driver”.

Voici donc mes objectifs de l’année :

Objectif n°1 : Améliorer le quotidien

Comme je le disais plus haut, je voudrais prendre chaque aspect de mon quotidien qui n’est pas optimal pour l’améliorer.

Bien sûr il s’agit là d’un objectif très abstrait, qu’il faudra certainement compléter par des sous objectifs plus concrets et mesurables.

(Principe d’OKR dont j’ai déjà parlé dans cette newsletter)

Objectif n°2 : Continuer de développer le mémo

Maintenant que j’ai mis le doigt sur l’axe éditorial qui me plaisait, il va simplement me suffire de continuer en étant assidus.

Les grands résultats n’arrivent pas toujours en faisant de grandes choses.
Il faut simplement répéter longtemps des petites choses sans se décourager.

Comme ça n’est pas non plus un objectif quantifiable, je vais le découper en sous-objectifs.

Comme par exemple :

  • Faire une review tech par semaine
  • Faire un debrief Product Hunt par semaine
  • Faire un tuto par semaine
  • Faire une actu par semaine

Je me dis que si je continue là ou les 99% autres auraient arrêté, je devrais récolter les 1% de ce que tout le monde n’arrive pas à avoir facilement.

3. Me planifier une retraite spirituelle

Pour savoir précisément ce qu’on veut il faut laisser de la place à la réflexion.
On pense que la fin d’année est le meilleur moment pour se fixer des objectifs, alors que c’est souvent la période de l’année au cours de laquelle on est le moins disponibles.

Organiser les fêtes, clôturer son exercice comptable, etc.

Ce n’est pas vraiment la période de l’année au cours de laquelle on a l’esprit suffisamment reposé pour être clairvoyant sur ces ambitions.

Donc je vais simplement me planifier une retraite spirituelle dans les prochains jours pour justement me laisser la place pour y réfléchir.

(J’ai déjà parlé de la notion de retraite spirituelle dans cette newsletter).

Les enjeux sont trop importants pour faire ça “entre les huîtres et le foie gras”.


Voilà c’est à peu près tout cette semaine.
Il ne reste plus qu’à vous souhaiter une belle année, remplie de plaisir au quotidien et d’atteinte d’objectifs en bonus.

Read more