Le mémo
Le mémo : La tech pour ton business
Ma stack parfaite pour me lancer en freelance
0:00
-22:18

Ma stack parfaite pour me lancer en freelance

Dans cette édition je vous partage la stack d'outils parfaite à laquelle j'ai pensé pour me lancer en freelance. Un bon compromis entre efficacité et budget. C'est parti.
Transcription

No transcript...

Si vous ne le saviez pas, je viens d’annoncer que je quittais la société que j’ai créée il y a 10 ans et dans laquelle je bossais depuis tout ce temps.

J’ai un projet à long terme, mais en attendant je voudrais proposer mes services en tant qu’indépendant (En stratégie marketing et commerciale).

Mais je ne suis pas là pour vous raconter ma vie.
Ça, je le réserve pour la newsletter du dimanche : Coulisses.

Donc, maintenant que la petite promo de la newsletter “build in public” est faite, je vais pouvoir vous partager ma stack parfaite du freelance.

Merci de lire Le mémo ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir de nouveaux posts et soutenir mon travail.


D’abord il faut savoir que quand on se lance en indépendant, on n’a rarement un budget illimité.
Donc il faut pouvoir choisir des outils qui sont à la fois, les meilleurs pour l’expérience client, mais pas non plus hors de prix pour pas plomber votre budget avant même d’avoir commencé.

J’ai divisé cette stack en 4 grandes familles :

  1. 🖥️ Bureautique

  2. 🚀 Marketing

  3. 🤝 Commerce

  4. ✅ Projet client / opérations

  5. 🗂️ Administratif

C’est parti !

1. Bureautique

Google Workspace

C’est la suite bureautique de Google.
C’est ce que j’utilise depuis 10 ans, je ne changerais pour rien au monde.

Je l’utilise principalement pour les fonctionnalités suivantes :

  • Gmail, j’ai pas encore trouvé de client e-mail qui puisse me faire quitte gmail.

  • Google Drive, pour stocker tous les documents.

  • Google Doc, sheet, etc. (C’est mieux qu’Excel et Word pour une utilisation bureautique, car tout le monde connaît et c’est facilement partageable pour travailler en ligne).

  • Google meet, j’en reparle plus bas dans la partie “client”

Notion Calendar

Ça, c’est le petit nouveau dans la stack.
Avant j’utilisais Google Calendar.

Mais depuis qu’ils ont intégré les tâches Notion, dans Notion Calendar, je ne peux plus utiliser rien d’autre.

Ça permet de tout avoir au même endroit :

  • Mon calendrier Google

  • Mes tâches Notion (Calendrier éditorial et tâches projets clients)

OVH

Je ne m’étends pas sur le sujet, j’ai mis ça dans “bureautique”, mais j’aurais pu mettre ça ailleurs.
J’ai pris mon nom de domaine sur OVH, pour le coup c’est une question d’habitude.

Je crois qu’on peut acheter son nom de domaine sur Google en même temps qu’on prend son compte Google Workspace.
Mais bon… Si un jour je veux quitter Google Workspace, je veux que pas que ça soit chiant.

2. Marketing

Bento

Pour le site vitrine, j’avais pas envie de perdre du temps à en créer un, donc j’en ai tout simplement pas fait.
J’ai pris mon profil Bento que j’ai “pimpé” au max.

J’ai fait un bento pour moi en tant que “Baptiste” et un bento pour “Le mémo”.

Je vous laisse voir le résultat et soyons honnêtes… C’est largement suffisant pour se lancer.

Substack

Idem que pour le site vitrine, je ne voulais pas perdre de temps avec la partie blog / newsletter.
Je voulais me concentrer sur une seule chose : Trouver des clients et délivrer mes services

Le reste c’est accessoire et si on n’a pas un peu honte de ses supports quand on se lance, c’est qu’on s’est lancé trop tard.

J’ai donc continué sur Substack et j’ai été au bout de ce que pouvait proposer la plateforme :

  • Blog

  • Notes

  • Podcast

  • Newsletter

C’est facile à déployer, les gens ont l’habitude de lire du contenu dessus.
Il y a un côté “premium” sur le style d’écriture.

Ça renvoie une bonne image, j’aime bien.

Malt

Je mets les plateformes de freelancing dans la section marketing.
C’est un outil d’acquisition client, donc je le mets là.
Ça me paraît être le plus logique.

J’ai choisi Malt pour créer un profil et avoir des premières missions en attendant que la stratégie inbound que j’ai déployée m’en rapporte (Alert spoiler pour la newsletter de dimanche : J’ai déjà eu 2 missions en une semaine).

Notion

On va retrouver Notion plusieurs fois sur cet article, car il peut vraiment servir à plein de choses.

Dans la section marketing, je m’en sers pour le calendrier éditorial du contenu que je publie sur les réseaux pour me faire connaître (1 live, 2 vidéos, 2 newsletters).

Ça me permet de tout organiser (Oui je suis un taré de l’organisation, je crois que je ne me referais pas, donc autant assumer).

Divers outils marketing

En vrac :

  • Canva pour le graphisme (Si on peut appeler ça comme ça)

  • DaVinci Resolve pour le montage vidéo

  • OBS pour enregistrer mes vidéos

  • Bien sûr YouTube et Linkedin pour publier du contenu, mais c’est pas vraiment des outils.

3. Commerce

Pipedrive (Mais Folk CRM c’est mieux)

Franchement j’ai pris Pipedrive parce que je vais être amené à travailler dessus pour les clients que j’accompagne.
Il me fallait un compte pour pouvoir faire des tests. (Pipedrive c’est ce qu’il y a de mieux pour les tailles de boîte que je vais accompagner).

Donc quitte à devoir prendre un compte… Autant que je rationalise les coups.

Mais si je n’avais ce “biais”, j’aurais pris Folk CRM.
C’est tellement mieux pour les solopreneurs / freelance (et moins cher).

Cal Com

Quand je propose mes dispos pour un rdv prospect, je ne le fais pas avec Calendly.
Je le fais avec Cal Com.

Car je propose aussi des coachings en ligne et pour brancher Stripe à Calendly il faut prendre la version premium de Calendly, donc j’ai pris Cal Com (Et franchement c’est mieux que Calendly).

Qonto

Qonto c’est une banque, mais c’est aussi un outil qui sert à faire des devis.
Pour les clients Malt, je fais les devis sur Malt.
Pour les clients “hors malt”, au début je vais essayer de les faire sur Malt (Ça me permet de pas gérer l’administratif et la commission est que de 2%).

Mais ensuite je ferais mes devis et factures sur Qonto.

4. Projets clients / opérations

Notion

Je vous avais dit qu’on le retrouverait partout.
J’utilise Notion pour suivre les projets des clients chez qui j’interviens.

Dès que je signe un deal dans mon CRM, je me crée un projet dans Notion (Pour le moment je fais tourner le process un peu “à la main”, mais je l’automatiserais quand j’aurais du volume).

Quand le projet est créé dans Notion, je le partage avec le client et c’est là que je mets :

  • Les idées

  • Les replays de visio

  • Les petites vidéos

  • Les tâches en cours

  • Le suivi de l’avancement au global

Google meet

Je fais toutes mes visios sur Google meet.
C’est l’outil le plus répandu et celui que je connais le mieux.

Mais honnêtement, si mes clients ont leurs habitudes ailleurs, je m’adapte.

Claap

Claap c’est un petit nouveau aussi.
Ça me sert à enregistrer les replays de visio (Avec un résumé et chapitrage IA).
Mais aussi d’enregistrer des petites vidéos asynchrones.

À la base j’étais sur une stack Loom + TL;DV, mais ça coûtait beaucoup trop cher pour l’usage, alors que Claap c’est 10$ par mois et ça regroupe les deux usages (Avec l’espace client public en plus).

5. Administratif

Qonto

J’ai pas de logiciel de facturation.
Qonto me sert à la fois de banque et à la fois d’outil de gestion.

On peut y faire ses devis et facture.

C’est pas très poussé, mais ça me convient pour ce que j’en fais.

Pour le côté banque, c’est ma banque depuis longtemps, j’ai jamais eu de soucis, donc je continue.

Alan

Alan c’est pour la mutuelle, car quand on est indépendant c’est à nous de payer notre propre mutuelle.

Idem, j’ai toujours eu ça, c’est un “no brainer”.
Il y a sûrement moins cher, mais j’ai pas envie de me prendre la tête.

Ça réduit la friction et je peux me concentrer sur la recherche de client.


Voilà on commence à avoir fait un bon tour de la stack.
Je compléterai ce post si c’est amené à évoluer.

Ça fait beaucoup d’outils, mais finalement quand on regarde il y en a que 2 ou 3 que j’ouvre vraiment tout le temps.

En tout cas il faut bien prendre en compte vos particularités et pas vous lancer tête baissée sur les “stacks parfaites”.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai intitulé cette édition MA stack parfaite et pas LA stack parfaite.

Chaque cas est différent, prenez le temps de faire les bons choix.

Et vous, c’est quoi votre stack ? Et qu’est-ce que vous pourriez améliorer ?
Dites-moi en commentaire, ça m’intéresse.

1 commentaire