Le mémo
Le mémo : La tech pour ton business
Le syndrome de l'objet brillant "Shiny object"
1
0:00
-7:25

Le syndrome de l'objet brillant "Shiny object"

Ce syndrome peut anéantir notre productivité et notre santé mentale, alors que la majorité des gens concernés ne savent même pas que ça existe. Cette semaine on parle du syndrome de l'objet brillant.
1

Je voudrais parler d’un syndrome qui touche pas mal de monde dans le milieu de la tech et du digital.

C’est un symptôme plutôt répandu et inoffensif à première vue, mais qui peut se révéler très nocif pour notre productivité et notre santé mentale.

Il s’agit du syndrome de l’objet brillant.

Merci de lire Hack ta productivité ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir de nouveaux Post et soutenir mon travail.

De retour au bureau après plusieurs mois de travaux. C’est bien le télétravail, mais c’est cool aussi le bureau

Le syndrome de l’objet brillant : C’est quoi ?

Comme son nom l’indique c’est le fait d’être attiré par la nouveauté (L’objet brillant).
Au point de complètement abandonner le reste.

Ce syndrome peut se retrouver dans plusieurs situations :

  • Une nouvelle idée à la mode dans laquelle on va se jeter, au point d’abandonner celle sur laquelle on bossait juste avant.

Exemple : Les NFT sont à la mode, je vais lancer un business autour, puis quelques mois après j’arrête tout pour me lancer dans l’intelligence artificielle.

  • Un nouvel objet tech qui vient de sortir et qui révolutionne complètement nos usages, rendant obsolète ceux qu’on possède déjà.

Exemple : La sortie du casque de réalité augmentée d’Apple qui vient de sortir et qu’il nous faut absolument pour être plus productif.

  • Un nouveau logiciel à la mode, qui va révolutionner la façon dont on travaille.

Exemple : Cet énième système Notion qui propose un petit truc en plus par rapport aux autres et qui va nous faire abandonner le précédent

Shiny object et productivité

Au-delà de nous faire perdre du temps à chaque sortie d’une nouveauté séduisante.

Le syndrome de l’objet brillant cache souvent quelque chose de plus profond.

Cette nouvelle idée séduisante qui brille au loin et qui va enfin pouvoir nous combler en cochant toutes les cases de notre épanouissement.
Au point de nous faire abandonner la précédente en un quart de seconde.

Mais en réalité on se cache derrière quelque chose de nouveau, comme si ce quelque chose allait nous sauver.

Nous sauver de notre quotidien qui ne nous satisfait plus ou de notre procrastination qui nous empêche de faire les choses.

“Ok c’est normal que j’arrive pas à être productif, je n’avais pas la bonne ToDo sur Notion.
Mais c’est bon maintenant, je mets en place ce système et je m’y mets dès demain”.

Je ne sais pas comment vous appeler ça, mais moi j’appelle ça de la procrastination et le pire c’est que cet objet brillant qui est censé nous sauver devient finalement notre bourreau.

C’est une éternelle fuite en avant, dictée par les nouveautés et les nouvelles modes.

Les causes profondes

Loin de moi l’idée de vouloir jouer le psychologue de bas étage.
Je n’en ai ni la prétention, ni la légitimité.

Mais j’aime bien comprendre les choses et ça fait pas mal de temps que j’essaye de comprendre ce mal commun.
(Oui commun, car il est bien plus répandu que ce qu’on pourrait penser).

Ce syndrome n’est pas une cause mais une conséquence et dans les cas que j’ai pu observer, c’est souvent la conséquence d’un manque de confiance en soi et d’une grande anxiété.

Manque de confiance en soi

On voit ce nouvel objet comme quelque chose de salvateur.
Quelque chose qui va enfin pouvoir nous aider dans notre quête.

Mais ce dont on ne se rend pas compte, c’est qu’on se cache derrière ce graal en pensant que c’est le facteur unique de notre réussite.

“Je n’y arriverai pas si je n’ai pas cet objet”.

“Je ne pourrais pas être plus productif tant que je n’aurais pas ce système”.

On place le facteur de réussite sur ce nouvel objet, plutôt que sur nos propres capacités.
Car on n’a tout simplement pas confiance sur le fait qu’on puisse y arriver nous-même, sans artifice.
Donc c’est rassurant de se dire qu’il nous faut absolument cette nouvelle chose, au moins si ça ne résout rien on aura un fautif tout fait, qui brillera pas son absence ou sa présence inutile.

Anxiété

Ça va malheureusement souvent de pair avec le manque de confiance en soi.
Le fait d’être anxieux et stressé par rapport aux objectifs ou aux choses du quotidien.

On va avoir tendance à trouver des artifices rassurants pour éviter d’être confronté à une zone de stress intense.

“Si j’ai ce nouvel appareil j’arriverai à faire cette tâche plus facilement, donc ça sera moins stressant”.

“Si je change de projet je pourrai enfin réduire le stress ambiant que je ressens et je serais enfin épanoui”.

Tous les prétextes sont bons pour essayer de rester dans sa zone de confort en évitant les moments de stress.
On croira que l’objet brillant peut nous aider dans cette démarche.

La recherche de la nouveauté toujours plus puissante ou agréable, nous rassurera sur notre capacité à faire les choses ou à être heureux.

Le cercle vicieux de l’objet brillant

On pourrait se dire que c’est quelque chose de positif.

Vouloir le nouvel objet pour être toujours plus productif, qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ?
On utilise juste les avancées technologiques pour faire mieux.

Se passionner par ce nouveau projet pour enfin trouver la vie rêvée, c’est quelque chose de louable, puisqu’on refuse d’accepter que notre vie soit “à moitié” épanouissante.

Mais vous voulez un scoop ?

Il y aura toujours un nouvel “objet” encore plus brillant que le précédent.
Il y aura toujours un projet qui fera miroiter encore plus d’épanouissement que celui sur lequel on bossait avant.
On aura toujours une nouvelle raison de faire reposer tous nos espoirs sur un leurre encore plus attractif.

Et on continuera de nourrir notre anxiété et notre manque de confiance en nous avec la recherche vicieuse de l’objet toujours plus brillant.

Les solutions face au syndrome du shiny object

C’est la partie qu’il faut prendre avec des pincettes.
Car comme on l’a vu dans le point précédent, ce symptôme soulève des pathologies dont je ne prétends absolument pas maîtriser les moindres contours : La psychologie.

Mais il y a quelques pistes intéressantes à creuser quand on sent l’excitation d’un “nouvel objet” nous envahir.

Ce ne sont pas des méthodes propres à ce symptôme d’ailleurs, car si on traitait les symptômes il suffirait d’acheter ou d’installer tous les nouveaux “objets brillants” qui sortent.

Non, le but est d’essayer de résoudre les causes profondes :

  • Anxiété

  • Manque de confiance en soi

Solution 1 : La respiration 4 7 8 (Cohérence cardiaque)

Cette respiration n’est pas révolutionnaire, on la retrouve dans la méditation et le yoga.
Ça n’est pas un remède miracle contre le syndrome de l’objet brillant, mais un remède face au stress et l’anxiété.

Quand on ressent une excitation face à un nouvel objet (On parle d’objet depuis le début, mais comme on l’a vu, ce syndrome peur prendre n’importe quelle forme).
Donc, quand on ressent une excitation face à un nouveau “concept” qui brille à l’horizon et qui pourrait nous permettre de résoudre tous nos maux.
Le but va être de faire redescendre cette excitation, ce stress, en essayant de faire baisser le rythme cardiaque.

  • Inspirer pendant 4 secondes.

  • Retenir son souffle pendant 7 secondes.

  • Expirer pendant 8 secondes en pinçant les lèvres pour éviter que l’air ne s’échappe d’un coup.

Ça aura pour effet de ralentir le rythme de la respiration, donc de faire baisser le rythme cardiaque et donc de réduire le stress.

Solution 2 : La méditation en pleine conscience

La méditation en pleine conscience aura 2 vertus :

  • Calmer le rythme cardiaque grâce à la respiration.

  • Arrêter de se projeter sur ce nouvel “objet” en étant connecté avec le présent, en étant pleinement conscient du présent.

Car le syndrome de l’objet brillant provoque un stress important qui est lié au fait de se projeter sur un échec potentiel, ou un mal-être lié au fait de ne pas succomber à ce nouveau leurre.

“Si je n’ai pas ceci, alors je ne pourrai pas faire cela”.

Sauf qu’en faisant ça, on se déconnecte de l’instant présent et on se projette sur un avenir qu’on a construit de toutes pièces avec nos doutes et nos craintes.
Avenir dans lequel on n’arriverait pas à faire quelque chose, ou qu’on ne serait pas satisfait, tant qu’on n’aurait pas succombé à ce nouvel objet.

Alors que cet avenir n’existe pas pour le moment, c’est nous qui le créons artificiellement.

La méditation en pleine conscience va nous permettre de nous reconnecter avec le moment présent et d’arrêter de penser à cet avenir qui n’existe que dans notre imaginaire.

Et pour ça vous n’avez pas besoin d’un abonnement à je ne sais quelle appli de méditation, croyez-moi.

Se cacher derrière l’appli n’est rien d’autre qu’une forme du syndrome de l’objet brillant.

Vous vous asseyez, vous fermez les yeux et vous respirez.

Solution 3 : Écrire un journal (Journaling)

La thérapie par l’écriture est quelque chose de magique.

Elle permet de sortir les pensées qui rongent notre inconscient pour les “jeter” dans un journal et finir par se débarrasser d’elles.

C’est pour ça que je conseille toujours d’écrire sa ToDo du lendemain la veille.
Car en écrivant nos tâches, on les sort de notre cerveau pour pouvoir passer une meilleure soirée et une meilleure nuit.

Donc plus généralement, le fait de tenir un journal régulièrement va permettre de réduire le stress et l’anxiété en s’allégeant de nos mauvaises pensées et de nos mauvaises raisons.

Mais n’allez pas chercher la dernière appli à la mode pour tenir un journal « healthy » !

On serait là aussi dans la recherche de l’objet brillant.

Alors qu’il vous faut, un stylo et un carnet (ou l’appli note de votre téléphone).

Solution 4 : La méthode inversée

Attention, je répète que ces méthodes sont à prendre avec des pincettes, que je n’ai aucune compétence ni légitimité en psychologie.

Si on part du principe que ce nouvel objet brillant va être le remède miracle à tous nos maux et qu’on accepte le fait que ça soit un leurre créé par notre cerveau pour nous détourner de la réalité.

Le but de cette méthode sera de provoquer un “choc” en inversant complètement la tendance de l’objet brillant.

  • Je veux ce nouvel iPhone car il me permettra d’être plus efficace dans mon travail ?

—> Passez 1 semaine avec un Nokia 3310 et prouvez-vous que ce nouvel iPhone ne vous sauvera pas

  • Il faut que je change de système Notion car je ne suis pas assez productif ?

—> Désinstallez Notion et prenez un carnet et un stylo.
La motivation et la méthode prime sur l’outil.

Etc. Vous avez compris le principe.

En faisant ça, vous vous prouverez que la recherche de l’objet brillant est rarement une vraie solution.

Vous augmenterez fatalement votre anxiété, mais en faisant ça vous apprendrez petit à petit à y faire face et à relativiser face à son importance.

Paradoxe

Et si ces 4 solutions étaient elles-mêmes le « shiny object » de la productivité ?

Se cacher derrière ces méthodes comme si elles allaient être le remède miracle à toutes nos pathologies.

Quel rôle les créateurs de contenu tech doivent-ils jouer dans tout ça.
(Vidéo, newsletter, etc.)

Car le fait de parler sans cesse de nouveaux outils, de nouveau plugin IA, de nouveau bidules et de nouveaux machins…

Est-ce que finalement ça ne nourrit pas cette anxiété et ce stress face à la nécessité de devoir posséder ces nouveaux “objets brillants”.

Peut-être que le seul véritable “hack” pour être plus productif, c’est de tout simplement s‘éloigner de tous ces artifices qui nous écartent de notre objectif ?

1 commentaire